Salon d'Automne 2008

Nice Matin 6 Novembre 2008

Le public nombreux qui se pressait au vernissage et la qualité des oeuvres présentées le prouvent  : à ceux qui croyaient que "Salon d'automne" rimait avec "ronronne", l'édition 2008 apporte un cinglant démenti. Même aux habitués de la Maison des Artistes, ce salon réserve de belles surprises.

L'esprit reste le même : une quarantaine de peintres, sculpteurs, photographes et plasticiens, amateurs ou professionels, débutants ou aguerris, tous styles et toutes techniques confondues, du figuratif à l'abstrait sont réunis comme chaque année. Le concept cher à l'association "Les artistes de Cagnes sur mer" est de permettre à chacun de s'exprimer, d'oser affronter le regard des autres sur son oeuvre et de progresser grâce à la critique constructive, de salon en salon.

De la couleur, des collages, des photographies attireront l'oeil mais aussi bon nombre d'oeuvres sur lesquelles il faudra s'arrêter plus longuement. L'art se fait témoin de son temps, le papier journal se mue en support, l'affiche fait concurrence au papier à musique... C'est peu dire que les artistes se renouvellent. Avec la présence de valeurs très sûres comme Turpin (aquarelle au café), Cunningham (épopée enchantée), Vial (émergences colorées) ou Gianolio (peinture au petit point). Parmi ces tableaux, un en particulier a été fait en souvenir du restaurant "Chez Douchka" qui a animé le centre de Cagnes durant les années 70 et 80.

De nouveaux venus aussi comme Jean Obry : souffle surréaliste allié à la grâce d'un dessin qu'on croirait immatériel. Hervé Nys, l' "alchimiste" peintre et sculpteur à l'inspiration et à la techniqe étonnantes. Dubois qui déploie son monde enchanté, autre côté du miroir cybernétique.

Quant aux sculpteurs, chapeau bas devant Gus et ses détournements d'objets métalliques, insolites. Et devant Cédric Mulier, ses formes épurées, la beauté nue...

Il est temps d'investir dans l'Art.

Jacqueline Quehen